Ambassadrice Adwoa sur son nouveau rôle

Rencontrez notre nouvelle ambassadrice

En savoir plus

Rencontrez notre nouvelle ambassadrice

Nous voici sur un sur un plateau de tournage à Los Angeles. L'énergie joyeuse qui émane de la mannequin et activiste Adwoa Aboah n'a cependant rien à voir avec le climat ensoleillé. Bien au contraire, elle a tout à voir avec... elle. En ce moment même, sa joie rayonne dans tout le studio. Souriante, elle reconnaît qu'il s'agit d'une observation régulière et déclare de sa voix rocailleuse caractéristique : "Je ne me suis jamais mieux connue qu'en ce moment. Tout le monde autour de moi n'arrête pas de me dire : "Tu as l'air tellement ancrée, présente et heureuse ! Et ils ont raison. Je sens que j'ai parcouru un long chemin. Les pièces du puzzle s'assemblent enfin. Et c'est vraiment, vraiment agréable ! "
 

"La marque défend les causes de la santé mentale depuis de nombreuses années - bien avant que l'on en parle - et je veux que les gens le sachent" 

Il y a beaucoup de choses qui rendent Aboah extatique en ce moment ; elle vient d'être annoncée comme la nouvelle ambassadrice mondiale pour Jo Malone London. "J'ai tellement hâte", dit-elle. J'ai toujours aimé Jo Malone London - mon cher ami (photographe) Tim Walker photographie beaucoup de leurs fantastiques campagnes - et j'en achète pour des amis depuis des années. Lorsque j'ai appris à mieux connaître la marque, son éthique et le travail de longue haleine qu'elle accomplit dans les coulisses en matière de santé mentale, j'ai eu l'impression que cela correspondait à tout le travail que je faisais en dehors de la mode et du mannequinat. Je me suis dit : "C'est une marque avec laquelle je peux m'associer".

Le fait qu'Aboah se sente "très proche" de la marque n'est pas surprenant : Jo Malone London défend et sensibilise les gens aux problèmes de santé mentale depuis de nombreuses années, bien avant qu'ils ne deviennent d'actualité, et Aboah, après avoir elle-même lutté contre sa santé mentale, est la fondatrice de Gurls Talk, qu'elle décrit comme "une organisation communautaire dédiée à la santé mentale et au bien-être des femmes et des jeunes filles dans le monde". Jo Malone London et Aboah partagent également un lien avec Londres, mais aussi une vision globale. À propos de son double héritage (la mère d'Aboah est anglaise et son père ghanéen), elle déclare : "Je suis fière et je célèbre le fait d'avoir eu des familles de différentes origines.

J'ai grandi dans l'ouest de Londres dans un environnement multiculturel incroyable. Nous avions des oncles et des tantes avec lesquels nous passions du temps, nous allions nous faire tresser les cheveux, nous avions le carnaval de Notting Hill. C'était plus qu'excitant. J'allais voir ma famille anglaise dans le nord, à la campagne, mais j'allais aussi au Ghana, chez ma grand-mère, où l'on faisait bouillir de l'eau pour remplir la baignoire, où l'on mangeait de la nourriture ghanéenne et où l'on allait à l'église. C'était une "langue" différente de celle de ma famille anglaise, mais j'ai célébré cela et j'ai trouvé cela formidable." Cela dit, elle admet volontiers que le fait de chevaucher ces identités et d'embrasser la "différence" n'a pas toujours été un avantage. En tout cas, pas lorsqu'elle a commencé à travailler dans le mannequinat, qui n'était pas connu pour sa diversité. Décrivant son expérience comme "difficile", elle déclare : "Je regardais mes contemporains (blancs) qui commençaient à bien réussir. Je ne comprenais vraiment pas pourquoi je n'avais pas ma chance. J'ai vécu un grand moment lorsque j'ai fait la couverture de Vogue (les débuts d'Edward Enniful en tant que rédacteur en chef du Vogue britannique, il y a quatre ans) et je me suis sentie très fière d'être là, au début d'un tel changement dans l'industrie de la mode, même si cela faisait longtemps que je faisais partie de ce monde. Je pense que la résurgence de Black Lives Matter m'a donné, ainsi qu'à d'autres personnes, le langage et la confiance nécessaires pour pouvoir partager ce que l'on ressent depuis si longtemps".

Les problèmes auxquels Aboah a été confrontée étaient d'autant plus difficiles à résoudre qu'elle luttait contre sa santé mentale, qui, selon elle, a commencé à l'école : "Je me souviens très clairement avoir pensé : "Personne ne m'écoute". Je me sentais si peu soutenue. À l'époque, personne ne parlait jamais de la santé mentale". Aujourd'hui, elle se sent beaucoup mieux et attribue une partie de son rétablissement à la bienveillance envers elle-même et envers les autres : " J'ai réalisé qu'une grande partie de ma bienveillance envers moi-même est liée à la façon dont je me montre dans mes relations. C'est pourquoi mes amitiés et mes relations avec mes parents n'ont jamais été aussi bonnes et aussi nourries. C'est pourquoi je suis capable de faire le travail que je fais avec Gurls Talk". Cela lui permet non seulement de "donner un espace aux femmes et aux filles dès leur plus jeune âge", mais aussi d'explorer des sujets que la société préférerait taire. Les sujets tabous ne nous découragent pas", déclare Mme Aboah avec insistance.

Nous les abordons avec confiance afin de les déstigmatiser". Cette passion pour la lutte contre la stigmatisation de sujets tels que la santé mentale, elle la reconnaît également chez Jo Malone London, d'où son enthousiasme pour la marque. Nous lui avons demandé ce qu'elle attendait le plus de son rôle d'ambassadrice mondiale . "Je suis très enthousiaste à l'idée de rester en contact avec l'incroyable communauté qui aime déjà Jo Malone London, mais je suis aussi très enthousiaste à l'idée de faire découvrir la marque à de nouvelles personnes qui se sentiront attachées à la marque en raison de son message. La marque défend les causes de la santé mentale depuis de nombreuses années - bien avant que l'on en parle - et je veux que les gens le sachent. Je suis très fière d'être le visage d'une marque qui se soucie vraiment de la santé mentale."

Achetez les favoris